« L’école une communauté d’apprentissage de la démocratie participative »


Monsieur DIONGUE a axé son exposé sur deux points :  la mission de l’école et l’apprentissage de la démocratie à l’école.
Ainsi l’école a un grand défi: la  « construction d’une personne, libre et autonome, consciente de ses droits et obligations dans une société où le pouvoir  d’énoncer les règles de vie commune où la désignation et le contrôle de ceux qui exercent le pouvoir sont sous la responsabilité de tous les
citoyens. »
L’apprentissage de la participation à l’école c’est savoir déléguer et représenter avoir la capacité de vivre ensemble (délégués de classe, foyer socio culturel de l’école, budget participatif de l’école selon les besoins des élèves,…).
L’école devrait être, pour répondre à sa mission, une communauté d’apprentissage  constitué de groupes d’élèves, d’enseignants qui partagent le savoir et le pouvoir. L’école  doit rendre l’enfant ou l’adulte apte à participer à la vie démocratique, en exerçant ses droits et  en assumant ses responsabilités.
C’est à l’école où -l’enfant  commence à faire l’apprentissage de la vie avec ses camarades, à se respecter, à respecter l’autre, à élaborer des règles et à les respecter; à assumer ses responsabilités  -Tout petit il regarde les autres faire, agit, imite les bons comportements et c’est là où l’exemplarité dans l’éducation revêt tout son sens. Il ne suffit plus  d’apprendre à bien lire, bien écrire et bien compter, l’apprenant doit  aussi apprendre à être, à faire et à vivre ensemble. C’est à l’école où le jeune  doit apprendre  à participer.
Abordant le second point de sa présentation concernant l’apprentissage de la démocratie à l’école, nous noterons qu’à l’école apprendre à participer,  c’est :
-Apprendre à déléguer à représenter
-Participer à la construction de la règle
-Découvrir le bien fondé d’une loi, critiquer les raisons au besoin et à  utiliser  les moyens de la modifier
-Apprendre à reconnaitre les procédures démocratiques y compris celles qui permettent de les modifier
-Développer les compétences  d’expression d’un point de vue mais aussi d’argumentation pour convaincre les autres
-Savoir vivre et travailler ensemble (-Savoir reconnaître et accepter les différences)
-Résoudre pacifiquement les conflits
-Participer au fonctionnement de l’école
-Participer à l’élaboration de la charte de classe et de l’école
-Participer à des projets d’entraide et de solidarité en faveur des enfants en situation difficile
-Défendre et promouvoir les valeurs démocratiques et les droits de l’homme à l’intérieur de l’établissement scolaire comme dans la société en général,
-Respecter le bien collectif
-Participer activement au fonctionnement des institutions démocratiques
Pour que les  enfants s’approprient ces concepts des outils  sont développés dans les écoles pour aider l’instituteur à accompagner les enfants dans le processus de participation. Nous pouvons citer :
- Les  élections des délégués de classe (apprendre à décider ensemble,  permettre aux élèves de participer  à des décisions qui concernent leur vie à l’école, des structures mises en place à l’école  comme le  conseil d’élèves, conseil de coopération, gouvernement scolaire, coopérative scolaire, et les clubs de droits humains, de protection de l’environnement …. )
- La construction de la règle ou la charte de l’école  ou de classe (différente du  règlement intérieur). A l’école vivent des personnes de statut différents, élèves, enseignants, membres de l’administration, avec des cultures différentes d’où la nécessité de s’entendre, d’harmoniser les comportements individuels et les comportements collectifs, la nécessité d’élaborer des règles…)
- Les clubs  (La citoyenneté  doit se vivre en classe et dans les autres structures comme le foyer socio éducatif et ses démembrements que sont les clubs.  Dans les clubs  par exemple, les membres  apprennent à prendre la parole, à défendre leurs idées, à élire, à être élu, à contrôler les élus (demander des PV, vérifier les comptes,  les élus apprennent à mettre en œuvre une bonne gouvernance des ressources humaines et matérielles, à prendre des décisions de façon démocratique , à appliquer la transparence dans tout ce qu’ils font( à bien informer , à lutter  contre la corruption, à mettre en œuvre la non discrimination,  à rendre compte etc. )
- le conseil de coopération  (assemblée de classe dans les écoles primaires: se réunit une fois tous les 15 jours avec un OJ, un président, un SG sur des questions de l’école. C’est un lieu  d’apprentissage de la citoyenneté démocratique. La citoyenneté  est un long apprentissage,
elle repose sur la notion d’état de droit et le conseil permet d’expérimenter cet état de droit.
Le conseil vise à susciter l’esprit d’entraide, de coopération de démocratie entre les membres, donner la parole aux enfants à propos de ce qu’ils vivent en classe, gérer les conflits.
-le gouvernement  scolaire (C’est un outil permettant de promouvoir la participation des enfants, de faire progresser, l’éducation de qualité et d’améliorer la vie de l’école et de la communauté. Avec un accompagnement discret de la part des adultes et par l’intermédiaire de jeux de rôles, les élèves s’organisent en ministères prennent des décisions, agissent et se considèrent responsables, Cette participation à un gouvernement leur permet de découvrir leurs droits et les responsabilités liées à la citoyenneté, d’acquérir des compétences en matière de résolution de problèmes et de communication, leur donne les chances de faire l’expérience d’un environnement marqué par l’esprit d’équipe et dans lequel, les filles et les garçons sont traités sur un pied d’égalité(la  démocratie, la paix, la justice sociale et l’égalité entre les sexes),
- Apprennent à exercer leur liberté d’expression et deviennent des véritables décideurs.
- Le conseil de gestion
- Procédures et structures de résolution des conflits……..
Cependant malgré ces outils développés par l’école nous notons des disfonctionnements à caractère discriminatoire sur certaines couches d’élèves (handicapés, déficients mentaux,…) qui sont défavorisées dans leur intégration dans le système scolaire n’est pas effective. Ceci  Malgré la ratification par le Sénégal de différents traités et instruments normatifs et l’adoption d’une loi
portant sur l’obligation scolaire, des milliers d’enfants vivant avec un handicap ou porteurs d’une déficience avérée, ou encore ayant des difficultés d’apprentissage sont en marge du système éducatif.

No Comments Yet - You can be the first to comment!

Leave a comment